Pour accéder à la fiche, cliquez sur la vignette ci-dessus

Les Canyons

Un faucon à queue rouge jette des ombres en mouvement sur les murs transparents en planant au-dessus du canyon. Une femme Navajo sème son blé sur le fond du canyon, entouré d’une cathédrale de hautes falaises rouges. Une famille à Spider Rock Overlook s’émerveille devant la flèche qui mesure 800 pieds de haut (243 mètres)  et devant la courtepointe aux couleurs vives qui se profile au loin. A chacun, sa vue personnelle. Pourtant, pour nous tous, le canyon est calme, son silence n’est contesté que par l’appel lointain d’un corbeau.

Les vestiges archéologiques montrent que les gens vécurent dans ces canyons pendant près de 5000 ans voire davantage. Bon nombre d’entre eux vécurent sans interruption sur le Plateau du Colorado. Les premiers résidents ne construisirent pas de maisons permanentes. Cependant les vestiges de leurs campements et les images gravées ou peintes sur les parois du canyon nous racontent leurs histoires. Plus tard, les gens que nous appelons « Basketmaker » construisirent sur les flancs des falaises du canyon des habitations, des installations de stockage et des locaux sociaux ainsi que des locaux dédiés aux cérémonies. Ils vécurent en petits groupes, chassèrent le gibier, cultivèrent du maïs et des haricots et apposèrent des peintures sur les murs qui les entourent. Le peuple Ancestral Puebloan suivit. Prédécesseurs des Indiens de la région et des Hopis d’aujourd’hui, on les appelle souvent Anasazis : un mot navajo signifiant « Anciens ». Ces Puebloans construisirent des villages multi-étages, des petits logements personnels et des ‘kivas’ aux murs décorés. Ces habitations sont nichées dans des alcôves du canyon et dans les falaises.

Le labyrinthe appelé Canyon de Chelly (d’SHAY) est composé, en fait, de plusieurs canyons incluant notamment le Canyon de Chelly et le Canyon del Muerto. À l’entrée des canyons, près de Chinle, les murs de roche n’ont que 30 pieds de haut  (9 mètres). Plus profondément dans les canyons, la hauteur des murs augmente de façon spectaculaire pouvant atteindre plus de 1000 pieds au-dessus du sol (305 mètres). Les falaises se dressent à pic, elles éclipsent les ruisseaux, les bois de cottonwoods et les petites fermes. Elles se sont formées durant des millions d’années ; les importantes trombes d’eau creusèrent ces chemins de pierre à travers les couches de grès et de roches ignées comme ici, sur le Plateau Defiance rose. Le canyon interpelle notre curiosité aujourd’hui avec ses monolithes et ses berges de pierre imposantes ouvrant des fenêtres sur les anciennes civilisations humaines.

Il existe plusieurs façons de lire l’histoire humaine dans le Canyon de Chelly. Les archéologues et les historiens examinent les artefacts (preuves physiques) et, les histoires écrites, afin de situer les hommes dans le temps, et en retracer une chronologie. Ceci permet de marquer les événements sur un calendrier. Pour les Navajos et les nombreux Indiens d’Amérique, l’écoulement linéaire du temps n’est pas important. Les histoires des autochtones et leur passé s’expliquent par des croyances, des histoires et des images traditionnelles.

 

Archaïque

De -2500 à -200 (avant notre ère).

Les premiers habitants vivaient dans des campements saisonniers situés dans des abris rocheux. Ces petits groupes mobiles entreprenaient des expéditions de chasse et pour se rassembler. Ils habitaient dans un territoire familier, au fond du canyon et sur le plateau des hautes terres. Des sentiers extrêmement raides, repérés par des images peintes sur les parois du canyon et les rochers, relient les régions.

 

Le Canyon de Chelly a fourni à ces premiers colons une nourriture en abondance. Les vestiges archéologiques fragmentaires révèlent leur régime alimentaire. Il était composé d’antilopes, de lapins et d’autres animaux, et de plus de 40 variétés de plantes. Grâce à leurs voyages, ces gens exploitèrent le canyon. L’eau fut une ressource toujours disponible. La maitrise de cette dernière permettra de mettre finalement en culture une nouvelle plante venant du Sud : le blé.

 

Vannier

De -200 à 750 de notre ère

Il y a environ 2 500 ans, un changement fondamental se produisit dans le mode de vie des gens présents ici. Au lieu de compter sur la chasse et la collecte, un groupe appelé Basketmaker, nommé ainsi en raison de leurs compétences extraordinaires en tissage, apprirent à exploiter des fermes. Les champs reculés dans les coins du canyon ou sur les mesas étaient petits et n’étaient pas rentables. Au fil du temps, les techniques agricoles s’améliorèrent, leur assurant un approvisionnement constant en maïs, en courges et en haricots. Avec l’agriculture, ces personnes sont devenues plus sédentaires. Ils s’organisèrent en communautés de peuplement dispersées, dotées de grands greniers et de bâtiments publics.

Les peintures rupestres « basketmaker » montrent une société composée de familles élargies, toujours en croissance et, sachant stocker leurs aliments. Simultanément, ils développèrent des activités religieuses et communautaires.

 

Pueblo

De 750 à 1300 de notre ère

Il y a environ 1 250 ans, les hameaux dispersés cédèrent la place à un nouveau type de colonisation : les villages. Pourquoi cette modification ? Ce n’est pas clair. Peut-être que ces abris rocheux sont devenus trop petits donc encombrés. Peut-être que des conflits obligèrent les gens à se regrouper pour mieux se défendre. Peut-être que, tout simplement, ils voulurent vivre plus près de leurs fermes. Ces gens élevèrent des dindes pour leur nourriture et cultivèrent du coton. C’est cette culture qui les conduisit à développer une nouvelle technique de tissage. La création des villages favorisa l’interaction sociale, le commerce et les cérémonies. Ces Puebloans créèrent de magnifiques poteries et engendrèrent une civilisation active et spirituelle.

 

Hopi

De 1300 à 1600 de notre ère.

L’organisation Puebloan se termina il y a environ 700 ans. Sécheresse, maladie, conflit, et, peut-être importation d’idées venant du sud, conduisirent les populations à quitter le canyon. Ils se déplacèrent vers le sud et vers l’ouest pour établir des villages le long de la Little Colorado River, et, à l’extrémité sud de Black Mesa. À cette époque, ces personnes sont devenues des Hopis.

Les Hopis décrivent ces événements dans le cadre d’un cycle migratoire. Les histoires traditionnelles et les preuves archéologiques témoignent de la pratique d’une agriculture saisonnière, des pèlerinages et des séjours occasionnels dans les canyons. Ce type de vie s’est poursuivi jusqu’à l’arrivée des Navajos dans les années 1700.

 

Navajo

De 1700 à 1863 de notre ère.

Les Navajos, constituent l’un des peuples appelés « Athapascans ». Ils sont entrés dans le Canyon de Chelly il y a environ 300 ans. Ils importèrent des moutons et des chèvres, héritage espagnol. Ils pratiquaient une culture vigoureuse tempérée par des siècles de migration et d’adaptation. Comme ceux qui les ont précédés, les Navajos utilisaient les canyons et le plateau pour protéger leur mode de vie. Le Canyon de Chelly était connu dans toute la région pour ses bons champs de maïs et ses vergers de pêchers plantés au fond du canyon. Les petites colonies aménagées dans les clairières ont façonné le paysage en lui donnant une sérénité absolue.

La quiétude s’est terminée à la fin des années 1700 lorsque la guerre  éclata entre les Navajos, les autres tribus, et d’autre part les colons espagnols. Caractérisés par des raids rapides et certaines représailles, les conflits avaient pour mobiles, les animaux et la terre.

Les Navajos utilisèrent le Canyon de Chelly comme lieu de rassemblement pour se cacher à la faveur de ses canyons taillés en serpentins. Ils fortifièrent des sentiers avec des murs de pierre, se réfugièrent dans les alcôves dans lesquelles ils pouvaient stocker de la nourriture et de l’eau. Malgré ces précautions, les groupes militaires espagnols, utes et américains, défirent les défenses en semant la mort dans leurs sillages. Le témoignage de ces temps nous est évoqué dans les histoires traditionnelles racontées par les Navajos. Les vestiges archéologiques des lieux fortifiés du canyon et les peintures rupestres relatent graphiquement l’endurance du Navajo.

 

 « The Long Walk » : La longue marche 

 

De 1863 à 1868 de notre ère.

En 1846, une force militaire américaine commandée par Stephen Watts Kearny submergea les forces mexicaines, et s’empara du territoire actuel des Etats de l’Arizona et du Nouveau-Mexique. Devenu territoire américain, Kearny offrit la paix aux Navajos afin de mettre fin à des décennies d’incursions intertribales réciproques. Durant les 17 années qui suivirent, cet accord fut mis à mal par d’incessants conflits. Les promesses furent brisées et les expéditions militaires dans le territoire navajo se multiplièrent.

En 1863 (et durant l’hiver 1864), le Colonel Kit Carson commença une campagne brutale contre les Navajos. Les troupes de Carson entrèrent par l’extrémité est du Canyon de Chelly et poussèrent les Navajos au fond du canyon. La résistance s’est révélée inutile. La plupart des Navajos furent capturés ou tués. Les forces de Carson revinrent au printemps pour terminer la campagne militaire dévastatrice. Elles détruisirent les vivres, les vergers, et tuèrent les moutons.

Un évènement amère et humiliant attendait les Navajos qui survécurent à cette épreuve. Ils furent forcés de marcher sur plus de 300 miles, vers Fort Sumner dans le territoire du Nouveau-Mexique (cette épopée est appelée « the Long Walk »). Nombre de ces marcheurs périrent de la soif, de la faim et de la fatigue. Leurs années d’internement à Fort Sumner étaient loin d’être plaisantes. La mauvaise alimentation, les abris précaires et la maladie malmenèrent les survivants. En 1868, les Navajos furent finalement autorisés à rentrer chez eux pour reconstruire leur vie.

 

L’époque du commerce

De 1863 à 1925 de notre ère.

Les Navajos rentrèrent chez eux et retrouvèrent leurs hogans. Grâce aux récoltes et à la reprise de l’élevage des moutons, ils firent face à la famine. Les centres de distribution de nourriture, comme celui de Fort Defiance qui se trouve dans le territoire de l’Arizona, aidèrent les Indiens à se remettre. Ces centres et ces pratiques, répliques exactes des centres et des pratiques des commerçants espagnols et mexicains, constituèrent un nouveau modèle pour la mise en œuvre des postes de négoce construits plus tard dans le pays navajo.

Les postes de commerce devinrent un point local pour la communauté des Navajos où les hommes et les femmes purent échanger des informations, discuter des problèmes et troquer des tapis, des bijoux et de l’artisanat, en échange de nourriture et d’autres produits de base. Des commerçants mirent en place des postes de commerce près du Canyon de Chelly et dans les régions avoisinantes, à l’instar de celui de Hubbell Trading Post à Ganado. Le poste de commerce de Sam Day, créé en 1902 dans le Canyon de Chelly, a été recyclé en salle de cafétéria dans le Thunderbird Lodge. Il est toujours en fonction.

Entre les quatre montagnes sacrées se trouve un canyon qui est le berceau de l’histoire et de la culture de Diné : le peuple navajo. Pour le monde vivant, on l’appelle : Canyon de Chelly. Pour les personnes qui vivent ici, c’est Tségi (SAY-ih). C’est un centre habité et spirituel. L’odeur de la fumée du bois, le son lointain des cloches des moutons, les aboiements des chiens et les cris des enfants qui jouent, nous indiquent que Diné continue à vivre en ce lieu. Des champs d’alfa, des champs de blé et des petits vergers entourent les hogans traditionnels situés au fond du canyon. A côté de ces derniers, des femmes sont en train d’œuvrer à leurs tapisseries contribuant ainsi à la vie quotidienne.

Pour Diné, le canyon est davantage qu’un lieu de villégiature estivale ou un lieu dédié à l’élevage des moutons et à la culture du blé. La culture Diné émergea de cette terre. Sa langue se réfère au paysage. C’est par cette langue que les gens s’identifient.

Diné est lié au paysage de Tségi, donnant un sens à la culture et à la spiritualité des éléments naturels qui les entourent. La terre nourrit le peuple et elle est intrinsèque aux activités quotidiennes.

Les Anciens sont particulièrement proches de la terre. De leur gérance vient un ensemble de règles éthiques basées sur l’expérience et la tradition. Avec leurs histoires, leurs enseignements et leurs chansons, les traditions sont vivantes et perdurent à travers les générations.

Pourtant Diné prospère grâce à ses nouvelles expériences. Pour Diné, la philosophie est importante pour la santé des gens ; elle aide à maintenir les traditions tout en les adaptant au gré des changements du monde réel. Adhérer à cette croyance fait de Diné une société véritablement biculturelle. Les Navajos adaptent leurs traditions aux nécessités de notre époque actuelle afin d’aider à préserver leur chemin dans la vie. En tant que dirigeant de la Nation navajoe, Ailema Benally (Navajo) déclara un jour : «Nous serons comme un rocher qu’une rivière a arrondi».

 

Plantes du Canyon de Chelly  –  Tséyi  ‘déé’ nanise’  altaas’éi

La tradition dit ceci : « Haashch’eeh diné e », le peuple saint, a créé des plantes à partir de l’air, de l’eau, de la lumière et de la terre pour aider la terre et pourvoir aux besoins de Diné, le peuple navajo. Les Navajos respectent les plantes comme étant un don perpétuellement renouvelé et comme étant reliées à toutes choses sur Terre.

Pendant des siècles, Diné a cultivé et récolté des plantes pour la nourriture, les médicaments, les colorants et les cérémonies. L’utilisation traditionnelle des plantes se poursuit aujourd’hui. Les agriculteurs plantent du maïs dans le canyon comme leurs ancêtres l’ont fait avant eux. Hataalli, « chanters » : hommes et femmes médecine, recueillent des plantes sauvages à utiliser pour faire des remèdes et pour les cérémonies. Voici quelques-unes des plantes que vous pouvez voir dans le  Canyon de Chelly, avec quelques-unes de leurs utilisations.

 

Narrowleaf yucca  (Tsa’aszi’ts’ooz) – Yucca Narrowleaf

Yucca root (Talawosh) – Racine de Yucca

Prickly pear cactus (Hoshniteeli) – Cactus de figue de Barbarie

Snakeweed (Ch’ildiilyésii yashi) –

Sagebrush (Ts’ah) –

Juniper (Gad)  – Genévrier

 

 

 

 

Planifier votre visite

Prenez le temps de profiter de cet endroit magnifique. Vous pouvez visiter les Rim Drives ou faire une randonnée sur le White House Trail, seul. Vous pouvez également visiter le canyon en faisant une excursion avec un guide navajo agréé.

Visites guidées

Les excursions dans le Canyon sont disponibles à partir du Thunderbird Lodge qui est une concession de parc. La randonnée privée, le camping dans l’arrière-pays, les promenades à cheval et les randonnées en 4×4 sont disponibles avec des guides navajos agréés.

Les prix varient en fonction de la longueur du véhicule et de la difficulté du voyage. Pour plus d’informations, demandez au Visitor Center. Des permis sont requis. Seuls les guides navajos agréés par le National Park System et son personnel sont autorisés à emmener des visites dans le canyon

 

Le sentier de White House

Ce sentier long de 2,5 miles, est le seul endroit où vous pourrez entrer dans le canyon sans permis ou avec un guide navajo agréé. Prévoyez deux heures pour la randonnée aller-retour. Vous descendrez de 152 mètres au fond du canyon en traversant Chinle Wash et, vous observerez les habitations nichées dans les falaises. Chinle Wash peut être inondé pendant la fonte des neiges printanières ou durant les périodes pluvieuses. Les toilettes à fosse sont disponibles en bas. Il n’y a pas d’eau potable, vous devez emporter beaucoup d’eau fraiche. Les températures sont froides en hiver et extrêmement chaudes en été. Restez sur le chemin. Veuillez respecter l’environnement fragile et l’intimité des habitants Navajos. N’entrez pas dans les habitations et ne détériorez pas les objets historiques ou naturels.

Camping

Cottonwood Campground est un camping ouvert toute l’année. Premier arrivé, premier servi. Vous devez réserver dans les sites du groupe. Des grills, des tables et des toilettes sont mis à la disposition du public. Il n’y a pas de douche et il n’y a pas de possibilité de branchements. Les caravanes de plus de 40 pieds (12,20 mètres) ne peuvent pas être admises.

 

Hébergement

Vous trouverez un hébergement, une restauration et des fournitures à Chinle. Le personnel du Thunderblrd Lodge, dans le parc, propose des visites, des hébergements, de la nourriture, des cadeaux et des excursions dans le canyon.

 

North Rim Drive

34 km aller-retour

Certaines des plus belles falaises se trouvent le long de cette promenade. En plus des habitations bien connues, observez les petits sites qui parsèment les alcôves et se fondent dans les murs du canyon.

 

Antelope House Ruin

Elle est ainsi nommée à cause des illustrations d’antilope attribuées à l’artiste navajo Dibe Yazhi (Petit Mouton) qui vivait ici au début des années 1800. Excavée dans les années 1970, ce site construit dans les années 1300, a une place circulaire inhabituelle.

 

Navajo Fortress

C’est un point de repère historique. Il a été utilisé très tôt comme refuge par les Navajos.

 

Mummy Cave Ruin,

C’est l’un des plus grands villages construits par les Puebloans Ancestraux à Chelly Canyon. Il a été occupé vers 1300. Les alcôves est et ouest sont aménagées en salles dédiées à la vie quotidienne et aux cérémonies. La tour reposant sur le bord central a été construite vers 1280 par des personnes qui sont venues de Mesa Verde.

 

Massacre Cave

Le nom se réfère aux Navajos tués ici durant l’hiver 1805 par une expédition militaire espagnole menée par Antonio Narbona. Environ 115 Navajos qui demeuraient sur le rebord qui surplombe le fond du canyon, ont été découverts par les hommes de Narbona. Les coups de feu tirés de la rive tuèrent toutes les personnes sur place.

 

South Rim Drive

37 miles aller-retour

Ce lieu offre une vue panoramique sur les canyons, le Plateau Defiance et la Montagne Chuska en direction du nord-est. Observez les changements de la végétation et de la géologie lorsque vous passerez de l’altitude 5 500 pieds (1680 mètres), au niveau du centre des visiteurs, à l’altitude  7 000 pieds (2134 mètres) à l’aplomb de Spider Rock.

 

Tségi Overlook

Le site offre une vue sur les terres agricoles des Navajos qui habitent le fond du canyon.

 

Junction Overlook

Le site offre une vue sur Chinle Valley et sur le confluent du Canyon del Muerto et de Chelly Canyon.

 

White House Ruin

Cet ensemble de bâtiments a été construit par des Puebloans Ancestraux et il a été occupé il y a environ 1000 ans. Il est ainsi nommé à cause des longs murs des logements  recouverts de plâtre blanc. Le parcours appelé  « White House», est long de 2,5 miles (aller-retour).

 

Spider Rock

C ‘est une flèche de grés mesurant 800 pieds (243 mètres) s’élève au fond du canyon. Elle se trouve à l’entrée du Canyon de Chelly. C’est le Monument emblématique du Canyon. A partir de là, vous pouvez voir le noyau volcanique de Black Rock Butte et la montagne Chuska qui se profile à l’horizon.

 

A propos de votre sécurité

Lors de vos locations et séjours, soyez conscient des conditions et des règlements :

. Les canyons sont profonds avec des falaises très abruptes. Les chutes sur les murs verticaux peuvent être fatales. Aussi, faites preuve d’une extrême précaution sur les rives des falaises. Restez sur les pistes tracées et restez derrière les murs de protection. Gardez le contrôle de vos enfants et de vos animaux domestiques en permanence.

. Faites attention aux serpents, aux insectes piquants et aux épines. Ne mettez pas vos mains ou vos pieds dans n’importe quel endroit  sans vous être assurés qu’il n’est pas habité.

. Les animaux domestiques doivent être tenus en laisse en permanence. Ils ne sont pas autorisés sur le sentier de la « White House » ou dans le canyon.

. Les vols peuvent se produire partout où vous voyagez. Verrouillez votre véhicule lors de vos arrêts sur les points de vue. Assurez-vous que vos objets de valeur sont hors de vue ou prenez-les avec vous.

. L’alcool est interdit dans le parc comme partout dans la réserve navajoe.

. Ne pas nuire, nourrir ou harceler la faune.

.Toutes les caractéristiques culturelles et naturelles sont protégées par le droit fédéral et tribal. Détériorer les sites archéologiques ou ramasser des artefacts est strictement interdit.

. Ne pas cueillir ou déranger les plantes ; beaucoup de plantes sont utilisées par les Navajos et poussent dans les zones traditionnelles de collecte.

 

Urgences : contactez un gardien ou appelez le 911.

Pour obtenir plus d’information :

Canyon de Chelly                                              Chinle, AZ 86503

National Monument                                          928-674-5500

P.O. Box 588                                                      Www.nps.gov/cach

 

Le Canyon de Chelly, est l’un des 410 parcs gérés par le ‘National Park System’. Pour en savoir plus sur les parcs nationaux et les programmes du service des parcs nationaux dans les communautés américaines, visitez le site : www.nps.gov.

 

Visiter le Navajo Land

La Réserve navajoe observe l’heure d’été, mais ce n’est pas le cas dans le reste de l’Arizona et dans la Réserve hopie. Au cours de cette période, les horloges, dans la Réserve navajoe avancent d’une heure sur les autres horloges de l’Etat, comme dans le Grand Canyon.

 

La tribu navajoe possède son propre service de police. Conduisez prudemment et respectez les limites de vitesse. C’est un territoire ouvert. Prenez garde au bétail sur les routes. Demandez l’autorisation avant de photographier ou de dessiner des personnes ou leurs maisons. Une taxe est habituellement perçue. Soyez conscient que c’est une terre privée. Ne faites pas de randonnée ou n’empruntez pas les routes non balisées sans autorisation. Veuillez respecter les droits de propriété de la Nation navajoe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.