Interviews

> sur la radio RCF

 

Interview à écouter via le lien : https://rcf.fr/la-matinale/midterms-trump-renforce-sa-position-de-leader-chez-les-republicains

Extrait de l’interview de Jérôme Danard par Stéphanie Gallet (10 novembre 2018)

Ce n’est finalement pas l’hécatombe annoncée. Mais force est de constater que Donald Trump a perdu du terrain. Les Américains se sont vivement mobilisés à l’occasion des élections de mi-mandat. Ils ont donné aux démocrates la Chambre des représentants, et laissé aux Républicains le Sénat. « Ce sont des élections traditionnelles aux États-Unis. On peut dire que tout le monde a gagné. Les démocrates ont gagné la Chambre des représentants. Le parti de Donald Trump a conservé le Sénat. C’est le début d’une cohabitation. Mais ce n’est pas nouveau, aux États-Unis » explique ​Jérôme Danard, président de l’association France-Etats-Unis, créée au lendemain de la Seconde guerre mondiale.

Rien de nouveau sous le soleil donc. « Trump avait tous les pouvoirs. Il a la Maison Blanche, il a la  Cour suprême, il a le Sénat. Il avait hier la Chambre des représentants, il la perd aujourd’hui. Mais c’est quelque chose de commun aux Etats-Unis. La démocratie américaine fonctionne bien car elle est équilibrée. Le président n’a pas les pleins pouvoirs. Le Sénat est l’institution la plus importante dans le fonctionnement des institutions, à l’inverse de la France. Et Trump a renforcé sa majorité au Sénat » analyse encore ce spécialiste des Etats-Unis.

Malgré tout, cela laisse entrevoir une véritable division au sein de la société américaine. « Qui a voté Trump ? Qui a voté démocrate ? On peut globalement dire que les villes sont démocrates alors que la ruralité est plutôt acquise au président Trump. La société est divisée à ce niveau-là, mais c’est un peu plus profond que cela. Les jeunes ont voté pour les démocrates, tout comme les femmes. Malgré tout, les Républicains se sont prononcés et ont voté d’un seul homme derrière leurs élus. Le président Trump a été élu pour un programme économique, c’est ce qu’il a fait depuis deux ans, et c’est ce qui a été apprécié » lance Jérôme Danard.

Après une période d’opposition au sein même de son parti, Donald Trump apparaît aujourd’hui renforcé au sein des Républicains. « Aujourd’hui, il n’y a plus d’opposition au sein des Républicains. Tout le monde est derrière Trump. Les candidats républicains d’hier avaient peur de l’image du président Trump. Malgré tout, ils ont vu dans les résultats que les Américains étaient attentifs et se reconnaissaient derrière Trump » précise le président de l’association France-Etats-Unis.

D’un autre côté, les démocrates relèvent la tête. « Ils vont avoir l’opportunité de s’exprimer dans une chambre où ils étaient minoritaires, car ils sont aujourd’hui majoritaires. Malgré tout, la  Chambre des représentants a un rôle minoritaire. L’objectif de Trump était de garder et de renforcer le Sénat, car c’est lui qui valide les juges fédéraux, les juges de la Cour suprême. C’est aussi le Sénat qui va lui éviter l’impeachment. C’est aussi le Sénat qui va bloquer certaines lois travaillées par les démocrates » conclut Jérôme Danard.

 

> sur France 3

 

Jérôme Danard était l’invité du 12/13, mercredi 9 novembre 2018. Il s’est exprimé sur l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche.

Interview à regarder via le lien :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/val-loire/loir-cher/blois/loir-cher-president-association-france-etats-unis-optimiste-avenir-1126657.html

 

 

Articles de presse

Presse française

Suite à la conférence de presse en vue de la signature de la charte d’amitié entre la communauté d’Isigny-Omaha et la ville américane d’Omaha dans le Nebraska le dimanche 30 juin 2019

 

Presse américaine

Interview de Jérôme Danard à l’occasion du DDay dans le National Catholic Register (édition du 6 juin 2019)
Extrait de l’article écrit par Solène Tadié (who is the Register’s Rome-based Europe correspondent)

« A Three-Century Friendship

The friendship between France and the United States didn’t start in 1944 — but it was greatly strengthened. The alliance between these two democracies goes back a lot further than that. In 1917, the United States already offered decisive help to France and the Allied powers against Germany, which contributed to ending World War I.

On July 4, 1917, U.S. Army Lt. Col. Charles Stanton delivered a famous speech pronounced at the tomb of American Revolution hero Marquis de Lafayette at Picpus cemetery in Paris. Stanton was an aide to the leader of the American forces during World War I, Gen. John Pershing. In the speech, Stanton declared that the American intervention in France was a way to honor the memory of the French soldiers who fought and died beside American patriots during the Revolutionary War to help the 13 British colonies win independence from Great Britain and establish the United States of America. During the same struggle for independence, in 1781, French Army troops led by the comte de Rochambeau, Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, provided vital support to Gen. George Washington during the Siege of Yorktown.  

“Nowadays, France and the United States are still very close and stand side by side to defend a certain idea of the world,” Jérôme Danard told the Register. Danard is president of France Etats-Unis, a French association created in the aftermath of World War II to strengthen the bonds between the two countries.

“We are now united in our common fight against terrorism and extremisms,” Danard said, “but over the past centuries, we have been constantly defending freedom, democracy and justice, three fundamental values on which we’ve been united since the 18th century.”

According to Danard, even if peace is threatened in many parts of the world today, even if democracy and freedom are often abused and geopolitics issues arouse tensions among nations, “memory will always get the better of oblivion.”